• page de garde
  • Blog
  • Politique de confidentialité
  • À propos de nous
  • French
AccueilArticle → Ces nouveaux outils cartographiques vont révolutionner notre façon de voyager
Ces nouveaux outils cartographiques vont révolutionner notre façon de voyager

Ces nouveaux outils cartographiques vont révolutionner notre façon de voyager

Avant l’émergence des systèmes de navigation électroniques, il n’était pas toujours aisé de se déplacer. On pouvait bien sûr s’équiper d’une carte IGN ou imprimer un plan sur Mappy (vous vous souvenez ?), mais c’était souvent laborieux. Les cartes routières étaient encombrantes et, pour être franc, il fallait déjà être capable de savoir où on se trouvait à la base.

« Aujourd’hui, vous ouvrez votre appli et elle vous indique où vous vous trouvez avec un point bleu », fait observer Frank Biasi, responsable du développement digital pour National Geographic Maps.

La navigation assistée par ordinateur évolue si rapidement que de nouvelles avancées ne vont pas tarder à rejoindre ces points bleus : des lunettes de réalité augmentée qui « peignent » des flèches virtuelles sur les trottoirs ; des masques de plongée qui vous guident jusqu’à votre bateau ; des pare-brise qui vous permettent d’avancer en toute sécurité dans le brouillard. Ces innovations faisant appel au GPS, à l’intelligence artificielle et à des technologies en tout genre sont en train de rendre la navigation plus simple et plus sûre que jamais.

Les aventuriers sont sur le point de découvrir des systèmes capables d’améliorer et de guider leur sens de l’orientation, de connaître leurs intérêts et de déterminer leur localisation précise même lorsqu’il n’y a pas de réseau.

« Dans l’avenir, vous ne vous perdrez plus jamais », annonce Alexey Panyov, fondateur et P-DG de Navigine, une entreprise spécialisée dans les GPS. « Même si vous en avez envie. »

PAS DE RÉSEAU ? PAS DE PROBLÈME

La possibilité de naviguer grâce à une technologie embarquée a fait un bond en avant en l’an 2000 quand le gouvernement des États-Unis a arrêté de brouiller les signaux de son réseau de géo-positionnement par satellite (GPS). Concrètement, cela signifiait que quiconque se dotait d’un récepteur pouvait obtenir les coordonnées précises de l’endroit où il se trouvait.

Peu après, les smartphones ont à leur tour offert aux utilisateurs des informations précises sur leur environnement. C’est à ce moment que les êtres humains ont perdu la capacité à se rendre quelque part sans avoir un itinéraire détaillé. D’ailleurs, pour les personnes interrogées à l’occasion d’une enquête réalisée par le MIT en 2019, la cartographie digitale est le troisième service le plus important sur Internet (derrière les moteurs de recherches et les boîtes mail).

Même si votre téléphone ne capte pas, celui-ci sait où vous êtes grâce à la constellation de 24 satellites (sans compter les roues de secours) composant le système GPS, conçu et exploité par l’armée américaine. Le précurseur du système, NAVSTAR, a été lancé en 1978 ; il n’a été mis à la disposition des citoyens qu’en 1983. Et déjà, le réseau civil était imprécis… jusqu’à ce que le gouvernement américain arrête de brouiller le signal en 2000.

Dans les années qui ont suivi, le reste du monde a rattrapé son retard. La Russie, la Chine et l’Europe possèdent chacune leur propre constellation de satellites de navigation, toutes capables d’envoyer un signal à quiconque possède un récepteur. Il en suit que les régions reculées sont de plus en plus couvertes. Les satellites actuels sont plus doués pour trouver un angle leur permettant d’atteindre les canyons et de transpercer les canopées des forêts luxuriantes (deux endroits où le GPS a tendance à ne plus fonctionner).

« Dans l’idéal, ils travaillent tous ensemble et il y a davantage de détails et moins d’endroits dans le monde où le GPS ne passe pas », explique Jim Carrier, auteur de Here We Are: The History, Meaning, and Magic of GPS.

Cette meilleure couverture satellite est une bonne nouvelle pour les voyageurs qui aiment explorer des destinations peu touristiques comme le Congo ou la région du Haut-Arctique. Cela pourrait également rendre certaines destinations sauvages et reculées plus sûres, selon Sangeeta Prasad, cofondatrice du tour-opérateur Chalo Africa. « Si vous avez un problème, vous pourrez transmettre vos coordonnées exactes à la personne qui viendra vous secourir », précise-t-elle.