• Electronic Product
  • major appliances
  • Mobile phone
  • Clean household appliances
  • Smart appliances
  • French
AccueilClean household appliances → Comment fonctionne l'atelier de réparation d’électroménager qui vient d'ouvrir à Gouzon (Creuse)
Comment fonctionne l'atelier de réparation d’électroménager qui vient d'ouvrir à Gouzon (Creuse)

Comment fonctionne l'atelier de réparation d’électroménager qui vient d'ouvrir à Gouzon (Creuse)

Sans activité professionnelle depuis 2017, cette habitante de Boussac a été aiguillée ici par sa conseillère Pôle emploi. « J’étais assistante maternelle avant. Je ne savais pas trop vers quoi me diriger. Faire une formation dans la réparation pourrait me plaire. C’est un métier d’avenir. Pourquoi pas continuer dans ce domaine. »

Huit salariés en insertion encadrés par deux personnes

Les huit salariés en insertion embauchés par la ressourcerie la Dynamo semblent se plaire dans leur nouveau métier. Ils sont encadrés par Éric Gaidatsiz, qui a géré pendant plusieurs années le Fablab de Felletin et a animé des ateliers de réparation d’électroménager à la Dynamo. « J’ai toujours aimé la réparation. Ça fait mal au cœur de voir tout ça partir à la déchetterie. Il y a plein de choses intéressantes dans les bennes. » Une accompagnatrice socio-professionnelle est aussi là pour aider les salariés dans leurs démarches. Eric Gaidatsiz, encadrant technique

Recevez par mail notre newsletter éco et retrouvez l'actualité des acteurs économiques de votre région.

Je m'inscrisNL {"path":"mini-inscription/MT_Decideur","accessCode":"14077297","allowGCS":"true","bodyClass":"ripo_generic","contextLevel":"KEEP_ALL","filterMotsCles":"1|3|13|78|95|1957","gabarit":"generic","hasEssentiel":"true","idArticle":"4077297","idArticlesList":"4077297","idDepartement":"242","idZone":"12811","motsCles":"1|3|13|78|95|1957","premium":"true","pubs":"banniere_haute|article","site":"MT","sousDomaine":"www","urlTitle":"comment-fonctionne-l-atelier-de-reparation-delectromenager-qui-vient-d-ouvrir-a-gouzon-creuse"}

Le chantier d’insertion a démarré en septembre. Il est pour le moment installé à Gouzon, au bâtiment d’accueil d’entreprises récemment créé par la communauté de communes Creuse confluence. « Nous ciblons un autre local à Gouzon, un peu plus grand, mais qui est pour le moment occupé », indique Éric Gaidatsiz.

Machines à laver, fours, frigos, outillage

Comment fonctionne l'atelier de réparation d’électroménager qui vient d'ouvrir à Gouzon (Creuse)

L’activité demande en effet beaucoup de place. Les appareils en tous genres s’entassent à même le sol ou sur de grands rayonnages métalliques : machines à laver, fours, frigos, aspirateurs, robots ménagers, outillage, chaînes hi-fi…

Ils proviennent soit de la ressourcerie la Dynamo (basée à Chambon-sur-Voueize) qui collecte des objets déposés par des particuliers, soit des trois déchetteries de Creuse confluence. « Pour le moment, nous récupérons des appareils uniquement à la déchetterie de Parsac. Après nous le ferons à Budelière et Saint-Silvain-Bas-le-Roc, précise Éric Gaidatsiz. Nous sommes aussi en discussion avec la communauté de communes Marche et Combraille en Aquitaine. »

Les salariés trient les objets, les testent, les remettent en état et les nettoient. Ils sont ensuite vendus à la boutique de la ressourcerie, à Chambon. Le rayon électroménager a été considérablement agrandi depuis le début du mois de janvier. Le matériel est garanti un an. Les appareils qui ne sont pas réparables sont utilisés pour des pièces détachées.La caverne d'Ali baba

Les employés ont été formés par Éric Gaidatsiz pendant cinq mois, avant de véritablement se lancer. Certains partaient quasiment de zéro au niveau du bricolage. Tous sont sensibles à la réduction des déchets. À l’image d’Esteban, 27 ans, qui s’affaire ce jour-là sur une machine à laver. « Ce qui me plaît, c’est de redonner une seconde vie à des appareils destinés à la déchetterie. J’aime démonter, découvrir comment ça fonctionne, remonter l’appareil. Je suis un bricoleur, un touche-à-tout. On apprend toujours de nouvelles choses, ça n’est jamais la même panne. »

Des contrats de deux ans

Les réparateurs sont embauchés pour une durée de deux ans maximum, ce qui leur permet de remettre un pied dans le monde du travail et de construire un projet professionnel. Esteban, qui habite Budelière, a une formation de maçon. « Cela faisait dix ans que j’étais sans emploi. C’est bien de revoir du monde, de reprendre un rythme de vie normal, de retourner au travail. » Le jeune homme aimerait s’orienter vers le métier de chauffeur routier ou dépanneur. Le chantier d’insertion pourrait, à terme, employer douze personnes.

Un fort potentiel Une étude de faisabilité du projet a été réalisée en 2021. Elle a montré que 30 % de ce qui est jeté en déchetterie est réparable. « C’est une perte financière importante, note Éric Gaidatsiz. Et il y a aussi l’aspect environnemental. Nous avons la possibilité d’utiliser cette matière première pour créer de l’emploi et contribuer à la réduction des déchets. » L’étude a aussi mis en lumière une forte demande des utilisateurs pour de l’électroménager de seconde main

Une nouvelle activité unique en Creuse

Il n’y avait pas jusqu’à présent d’atelier de réparation d’électroménager en Creuse, comme peuvent le faire les entreprises du réseau Envie dans les départements limitrophes.

En Creuse, il existe des réparateurs professionnels qui se déplacent au domicile des particuliers, « mais il n’y a pas de société qui, comme nous, récupère des objets qui partent en déchetterie pour les remettre dans le circuit », renseigne Éric Gaidatsiz.L’activité demande beaucoup de main-d’œuvre. Elle ne peut être viable que sous la forme d’un chantier d’insertion. Les salaires des employés sont en effet financés par l’État (sauf ceux des deux encadrants). « Nous avons quand même un objectif de rentabilité mais qui est moins élevé que si nous devions payer des salariés à plein temps. »

100.000 euros ont été investis pour créer l’atelier (achat d’un camion, de postes de travail, d’outillage, de rayonnages métalliques).

Les objets réparés sont vendus depuis le début du mois de janvier à la ressourcerie de Chambon-sur-Voueize. Les débuts sont encourageants. « Nous avons doublé le chiffre de vente de l’électroménager à la boutique en janvier, indique Éric Gaidatsiz.

L'entreprise d'insertion Envie donne une seconde vie à l'électroménager à Gerzat dans le Puy-de-Dôme (2021)

Textes : Catherine Perrot Photos : Bruno Barlier

Suivre @catherinperrot