• page de garde
  • Blog
  • Politique de confidentialité
  • À propos de nous
  • French
AccueilArticle → N95 ou de procédure : quel masque de protection choisir?
N95 ou de procédure : quel masque de protection choisir?

N95 ou de procédure : quel masque de protection choisir?

Les interrogations liées à la COVID-19 se multiplient au rythme des variants, et s’ajoute désormais la question du masque à choisir entre le masque de procédure, ou chirurgical, et le N95. «Quand on nous arrive avec un nouveau type de masque, on se dit qu’il sera mieux, que l’ancien était mauvais; je pense que c’est un peu ça qui se passe en ce moment. Le problème est qu’on en oublie les mesures de base qui sont très efficaces», remarque le Dr Stéphane Perron, médecin-conseil en santé au travail à l’Institut national de la santé publique du Québec (INSPQ).

Ces mesures consistent à respecter la distanciation sociale et les mesures d’hygiène (lavage des mains), à s’isoler en cas de symptômes, à privilégier le télétravail, à aérer les espaces, à répondre aux normes en vigueur en milieu professionnel, puis à porter un masque. Et à le porter adéquatement, c’est-à-dire en couvrant bien le nez et la bouche (plusieurs tailles sont disponibles), en tout temps.

«Les gens sont souvent amenés à retirer leur masque à des moments clés, pendant les pauses-repas par exemple, et c’est là que les infections se propagent, par le biais des patients, des soignants, des enfants dans les classes parce qu’ils mangent les uns à côté des autres», poursuit le Dr Perron. Ce constat démontre l’importance de vous montrer vigilant sur la distanciation et la ventilation quand vous devez enlever votre masque, puisque celui-ci sert de barrière entre vous et vos voisins.

Le masque médical au quotidien

Capucine Ouellet, hygiéniste du travail à l’Institut de recherche Robert Sauvé en santé et sécurité du travail (IRSST), explique que le masque chirurgical agit comme une barrière entre l’utilisateur et l’environnement. Il offre à la personne qui le porte une protection contre les gouttes et les projections de liquide, et protège son entourage contre une partie de ses émissions respiratoires.

En revanche, sa capacité de vous protéger contre les particules aérosol est faible, car il manque d’étanchéité, même s’il est bien positionné. Pour une efficacité maximale, la languette métallique du masque doit adhérer à la forme du nez et le masque doit couvrir tout le nez et tout le bas du visage – joues, bouche, menton –, en laissant le moins d’air possible sur les côtés.

Dans un contexte où les risques de contamination sont peu élevés, comme à l’épicerie ou en classe, le port de ce masque suffit à vous protéger et à protéger les autres, dans la mesure où tout le monde en porte un. Dans un endroit à risque, par exemple dans un milieu de soins, en tant que proche aidant en contact direct avec une personne contaminée, ou encore dans un contexte professionnel où il est difficile de respecter la distanciation, le masque médical n’est pas toujours la meilleure option, selon l’IRSST, parce qu’il manque d’étanchéité. Le port du masque N95 pourrait être plus approprié.

Le masque N95 dans les lieux à risque

Les masques N95 sont en fait des appareils de protection respiratoire (APR), conçus pour protéger la personne qui le porte contre les particules inhalables. En filtrant l’air exhalé, il contribue aussi à protéger l’entourage de la personne qui le porte. De plus, dans un contexte médical, ce masque protège contre les gouttes et les projections de liquide. Mais pour que son efficacité soit optimale, il doit épouser parfaitement le visage, ce qui demande un ajustement personnalisé avec un appareil spécialisé.

«Il faut faire attention au faux sentiment de sécurité parce que le N95 nécessite un ajustement particulier répondant à un protocole qui devrait être instruit en milieu de travail quand les employés reçoivent leurs masques afin qu’il n’y ait pas de fuites. Cela dit, à mon sens, le N95, même sans ajustement, est plus efficace que le masque médical, qui laisse passer plein de fuites sur les bords», souligne Capucine Ouellet.

Le problème, c’est que les masques N95 sont difficiles à trouver. Il est en effet quasi impossible de les trouver en pharmacie ou en magasin. Alors, avant de vous lancer à leur recherche, rappelez-vous qu’ils ne sont nécessaires que dans des situations à risque, c’est-à-dire qui vous obligent à être en contact avec des personnes contaminées. Si rien ne vous y force, tenez-vous loin des malades le temps qu’ils se rétablissent.

Couvre-visage en tissu: joli, mais peu efficace

Apparus au début de la pandémie, les masques en tissu fleurissaient partout en boutique et ont incité bon nombre de personnes bienveillantes à sortir leur machine à coudre. Qu’ils soient à simple, double ou triple couche, l’espace entre les fibres du tissu est beaucoup plus grand que les particules du virus. Le Dr Stéphane Perron et l’hygiéniste du travail Capucine Ouellet s’entendent pour dire que l’efficacité de ces couvre-visages laisse à désirer, puisqu’ils ne piègent pas le virus.

>> À lire aussi: Masques de procédure: peut-on s’en débarrasser de façon écoresponsable? et Peut-on laver ses masques chirurgicaux?