• Electronic Product
  • major appliances
  • Mobile phone
  • Clean household appliances
  • Smart appliances
  • French
AccueilSmart appliances → Téléviseurs : Sur quels critères techniques faut-il être vigilant avant de se rééquiper ?
Téléviseurs : Sur quels critères techniques faut-il être vigilant avant de se rééquiper ?

Téléviseurs : Sur quels critères techniques faut-il être vigilant avant de se rééquiper ?

La fiche technique du nouveau téléviseur que vous aimeriez vous offrir à Noël vous donne la migraine ? Outre votre budget, il reste cependant nécessaire d’y regarder à deux fois avant d’acheter.

Si d’aventure, vous avez envie de voir votre téléviseur en grand, un mot d’ordre cependant : privilégiez une dalle 100 Hz, avec un meilleur taux de rafraîchissement de l’image. De nombreux téléviseurs de grande taille attirent par un tarif alléchant, mais ne sont que 50 Hz, avec des images moins fluides.

L’OLED : à privilégier pour les films et les séries

Il n’y a pas que la taille qui compte. D’autres critères techniques sont à considérer. Parmi eux figure le choix de la technologie qui se cache derrière l’image : LCD ou OLED. Pour rappel, un écran LCD est rétroéclairé par une foultitude de petites diodes LED allumées uniformément en permanence. L’écran OLED bénéficie, lui, de diodes auto-émissives, qui s’allument indépendamment les unes des autres.

« De janvier à août 2021, les ventes de téléviseurs OLED ont augmenté de près de 71 % avec un prix moyen de 1.661 euros », constate-t-on chez TP Vision/Philips. « L’OLED reste la référence en termes de contrastes de noirs, avec un rendu plus cinéma. Et le temps de latence de cette technologie est quasi nul, ce qui plaît aux gamers », ajoute Sébastien Minaux chez Sony. Un argument, certes, mais qui peut être contrarié par l’une des faiblesses de l’OLED que les gamers justement déplorent : sa luminosité bridée.

La raison ? Contrairement aux téléviseurs LCD, les diodes auto émissives qui éclairent les dalles OLED ne supportent pas blancs éclatants. Ceux-ci peuvent littéralement les tuer ! Pour éviter ces désagréments, un algorithme (l’ABL, pour Average Brightness Level) réduit automatiquement la luminosité de l’écran en cas d’image trop claire. « Cette réduction est de l’ordre de 18 à 20 % pour les films et de 60 % pour les jeux vidéo », explique Frank Ladoire. Qui ajoute : « Pour le jeu vidéo, les dalles des téléviseurs OLED peuvent aussi souffrir de marquage. Le problème est certes moins présent qu’avant mais existe toujours ».

En dévoilant au salon CES de Las Vegas en janvier dernier sa dalle OLED EVO, LG a cependant montré qu’il était possible d’accroître de 20 % la luminosité de ses écrans. Un premier pas vers des TV OLED davantage compatibles avec les jeux. Mais à quel prix : comptez 2299 euros pour un téléviseur EVO en 55 pouces !

Le LCD joue en version mini

Téléviseurs : Sur quels critères techniques faut-il être vigilant avant de se rééquiper ?

Polyvalente, et adaptée aux jeux vidéo et au cinéma, la technologie LCD ne connaît pas ces contraintes. Et elle continue d’évoluer. Après le QLED défendu par Samsung, c’est le mini-LED qui émerge. « Il s’agit d’un système de rétroéclairage classique, mais qui multiplie le nombre de diodes à l’arrière de la dalle. De cinq à mille fois plus. Cela permet d’avoir un contrôle beaucoup plus fin de l’éclairage, avec des contrastes plus élevés », explique Frank Ladoire d’AVCesar.

« Avec le mini LED, on accède aussi à une luminosité qui atteint des records », promet TP Vision/Philips qui propose désormais deux gammes de téléviseurs mini LED. On trouve aussi ce type de téléviseurs chez Samsung, (gamme Neo QLED), LG (QNED) ou encore TCL (téléviseurs C825, X925 Pro). Pas chez Sony. « C’est une technologie intéressante mais pas près d’être équivalente à l’OLED », justifie Sébastien Minaux, chef de produit TV chez Sony France. A noter que le constructeur trouvait aussi beaucoup à redire sur l’OLED lorsque ce type de téléviseur ne faisait pas partie de sa gamme… Comptez 1.049 euros pour un mini LED de 55 pouces chez TCL (55C825).

Le son : de mieux en mieux

Reste la question du son. Entre autres solutions, Sony ne coupe plus le son du téléviseur lorsqu’on lui associe une barre de son. Sur les modèles X95J, A80 et A90J (les deux derniers sont en l’OLED), le son de l’écran s’additionne à celui de la soundbar. Samsung propose également le même procédé avec certains de ses téléviseurs QLED et barres de son maison (technologie Q-Symphony). Un détail ?

Non, car le nouvel attelage parfaitement synchronisé offre un rendu beaucoup plus immersif.

Initiative intéressante également chez Philips qui a noué un partenariat avec le fabricant d’enceintes Bowers & Wilkins. En intégrant dans le pied de ses téléviseurs, comme le 48OLED935 (vendu 1499 euros), une barre de son de la marque anglaise, le spectacle est total. L’idée de la barre de son associée n’est pas nouvelle (LG, Hisense, TCL la proposent également), mais la qualité proposée par le tandem Philips/Bowers & Wilkins offre un rendu largement supérieur.

Les essentiels à ne pas négliger

Reste quelques basiques à ne pas négliger. En 2021, il est capital de s’offrir une smart TV qui, connectée à Internet, offre accès aux plateformes de streaming, voire un téléviseur intelligent compatible avec Google Assistant et Alexa d’Amazon. L’idée n’est pas forcément ici de choisir ses programmes à la voix (cela fonctionne, mais reste contraignant), mais de lancer l’écoute de musique en streaming, voire de piloter depuis son canapé des objets connectés.

Surtout, à l’heure des consoles de jeux « next-gen » lancées fin 2020, un téléviseur avec une connectique HDMI 2.1 permettra de tirer la quintessence de sa PlayStation 5 ou X Box Series. Grâce à une bande passante dopée (jusqu’à 48 Gbps, contre 18 Gbps en HDMI 2.0), un taux de rafraîchissement variable (nommé VRR), l’expérience de gaming sera beaucoup plus fluide.

High-TechConfinement: Cinq téléviseurs grand écran pour les longues soirées à venirHigh-TechTéléviseurs LED, OLED, QLED: On n’y comprend décidément plus rien (mais on vous explique tout)