• page de garde
  • Blog
  • Politique de confidentialité
  • À propos de nous
  • French
AccueilArticle → Pour laver ses « beaux cheveux correctement », Trump a fait changer une norme - Rolling Stone
Pour laver ses « beaux cheveux correctement », Trump a fait changer une norme - Rolling Stone

Pour laver ses « beaux cheveux correctement », Trump a fait changer une norme - Rolling Stone

Cette semaine, Joe Biden a révoqué une règle datant de Donald Trump, qui assouplissait les normes de pression d’eau pour les pommeaux de douche.

Donald Trump n’est pas fan du nouveau livre de Mark Meadows, The Chief’s Chief. L’ancien président en voudrait à son ancien chef de cabinet d’avoir divulgué quelques détails accablants sur son combat contre le Covid-19, notamment le fait qu’il ait dissimulé un résultat positif à un test avant l’un de ses débats avec Joe Biden. Le Washington Post a cependant souligné jeudi que l’un des détails qui ont « particulièrement contrarié » Trump était le fait que Meadows raconte que ses cheveux étaient « en désordre » lorsqu’il était malade à la Maison Blanche. Donald Trump n’est certainement pas la seule personne à préférer qu’on ne parle pas de ce à quoi il ressemble étant malade. Cependant, on ne peut pas nier que l’ancien président se soucie plus de l’apparence de ses cheveux que beaucoup de gens : en effet, Trump a activement tiré parti de ses pouvoirs de président pour préserver son intégrité capillaire, principalement par le biais d’une croisade étrange pour assouplir les restrictions visant à économiser l’eau dans les articles de salle de bain.

« Vous allumez la douche, et si vous êtes comme moi, vous ne pouvez pas laver vos beaux cheveux correctement, s’emportait Trump dans une usine Whirlpool de l’Ohio en août 2020. Vous perdez 20 minutes de plus. ‘Allez, s’il te plaît, sort de là.’ L’eau goutte. Vous savez de quoi je parle. »

Il avait évoqué le sujet pour la première fois un an plus tôt, livrant l’une des diatribes les plus ridicules de son mandat. Cela vaut la peine de la lire en entier : « Nous avons une situation où nous examinons avec beaucoup d’attention les éviers et les douches et d’autres éléments des salles de bains où, euh, vous ouvrez le robinet, dans des zones où il y a d’énormes quantités d’eau, où l’eau se précipite vers la mer parce que vous ne pourriez jamais la canaliser, et vous n’avez pas d’eau« , a déclaré Trump en décembre 2019. « Vous ouvrez le robinet et vous n’avez pas d’eau. Ils prennent une douche et l’eau goutte… et s’arrête. Elle s’écoule très… doucement. Les gens tirent la chasse d’eau 10 fois, 15 fois, au lieu d’une fois. Ils finissent par utiliser plus d’eau. [L’Agence ce protection de l’environnement] se penche donc très sérieusement sur cette question, à ma suggestion. »

Le problème en question est une norme mise en place par le Congrès en 1994, selon laquelle les douches ne peuvent avoir un débit supérieur à 9,5 litres d’eau par minute. L’administration Obama a mis à jour la règle pour préciser que les 9,5 litres s’entendaient pour l’ensemble du pommeau de douche, quel que soit le nombre de buses qu’elle comporte. Une semaine après que Trump s’est lamenté de ne pas pouvoir laver correctement ses beaux cheveux devant un groupe d’ouvriers dans l’Ohio, le Département de l’Énergie a publié une proposition visant à assouplir ces restrictions.

Pour laver ses « beaux cheveux correctement », Trump a fait changer une norme - Rolling Stone

« Les pommeaux de douche. Vous prenez une douche et l’eau ne sort pas, a déclaré Trump à la Maison Blanche en vantant la proposition. Alors vous faites quoi ? Vous restez là plus longtemps ? Vous prenez une douche plus longue ? Je ne sais pas pour vous, mais mes cheveux ont besoin d’être parfaits. Parfaits. »

Le Département de l’Énergie a finalisé les nouvelles règles en décembre, qui autorisent les pommeaux de douche à produire 9,5 litres par minute et par buse, tout en assouplissant les restrictions sur d’autres dispositifs à base d’eau.

« C’est important parce que vous avez potentiellement des pommeaux de douche qui utilisent 20 à 30 litres par minute, et c’est beaucoup d’eau, réagissait à l’époque Andrew deLaski, directeur exécutif de l’Appliance Standards Awareness Project. Avec une douche qui utilise autant d’eau, vous allez manquer d’eau chaude en seulement 10 minutes dans la maison. La personne qui se trouve en deuxième position dans la file d’attente pour la douche va prendre une douche froide. » DeLaski soulignait également que les consommateurs économisaient environ 500 dollars par an sur leurs factures d’eau grâce à la norme que le Département de l’Énergie venait de rejeter. Trump avait expliqué que la norme avait été mise en place par « un grand nombre de personnes qui ne comprennent pas la vie« .

Mais hélas, les efforts de Trump pour transformer les États-Unis en une utopie où la pression d’eau ne connaîtrait pas de limite ont été contrecarrés. Le Département de l’Énergie du président Biden a annulé mardi la règle et rétabli la version de 2013, limitant à nouveau les pommeaux de douche à produire un total de 9,5 litres par minute. Toutefois, cette décision n’est guère plus que symbolique. Les fabricants de pommeaux de douche ont pour la plupart continué à fabriquer les mêmes produits qu’avant que Trump ne change la règle.

Les divagations de Trump sur les restrictions de débit d’eau (comme c’est le cas pour beaucoup de ses divagations) comportaient toujours des mentions de « personnes » qui ne cessaient de venir le voir pour se plaindre des pommeaux de douche à faible débit. Ces « personnes » n’existaient probablement pas, car il ne semble pas que les fabricants ou les consommateurs aient le moindre problème avec la norme des 9,5 litres. C’était juste Donald Trump, qui a peut-être pris une mauvaise douche dans un hôtel quelque part et a décidé de mobiliser le gouvernement fédéral pour s’assurer que cela ne se reproduise jamais.

Nous ne pouvons qu’imaginer la réaction de Trump lorsqu’il a appris que Biden avait brutalement défait les progrès durement acquis par son administration sur cette question. Un porte-parole de l’ancien président n’a pas répondu à nos sollicitations.

Ryan Bort

Traduit par la rédaction